Trente-troisième dimanche du Temps ordinaire  - (Année A)
Semaine du 19 novembre 2017

Un roi qui s'approche de nous
 

La parabole du jugement dernier présente le Christ comme Roi de toute l'humanité: «Toutes les nations seront rassemblées devant lui.»

Mais la même parabole ne le présente pas à l'image de nos rois de la terre. Voici un roi qui descend de son trône. Et pas seulement lors d'une visite officielle à tous les dix ans, mais approchable à tous les jours. Il est un pasteur, c'est-à-dire celui qui aime son troupeau, et qui donne sa vie pour ses brebis. Ce trait humanise beaucoup la royauté du Christ. Il n'est pas celui qui s'accumule des milliards à même le bien des brebis.

Il est roi universel, il est roi même de ceux qui ne l'avaient pas reconnu. «Quand donc t'avons-nous donné à boire?»

Il est Roi dès maintenant, pas seulement pour la fin des temps. Le Christ exerce aujourd'hui son activité et son emprise dans le cœur des individus et partout dans l'humanité: « J'ai eu faim et vous m'avez donné à manger.»

Il est un roi qui renverse les rôles: il confie sa mission à des inférieurs, les disciples, et prend la place des petits: «C'est à moi que vous l'avez fait. » Rien n'est plus humain. Ce roi n'est pas loin de nous, puisqu'il circule dans nos rues et attend qu'on l'aide.

Il est un roi qui fait de notre collaboration une nécessité pour l'agrandissement de son Royaume. «J'ai eu faim et vous ne m'avez pas donné à manger.» Il aurait fallu le faire.

Ce roi enfin, il est porté par chacun de nous quand nous nous portons vers les pauvres, les malades, les risonniers.

Il n'en est pas ainsi de nos rois de la terre. «Les chefs des nations exercent sur elles leur emprise. Pour vous, qu'il n'en soit pas ainsi. 

 


Texte de Louis Fecteau, prêtre

Proposé par l'Abbé Jacques Dorélien,
Prêtre-curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien