Troisième Dimanche du Carême - (Année A)
Semaine du 15 mars 2020


Venez au puits et réfléchissons avec la Samaritaine

 

Elle nous pose un bon nombre de questions : qu’est-ce qui est spontanément important dans la vie ? « Ma voiture, c’est comme ma femme : jamais je ne pourrai m’en séparer ». «Je commence toujours ma journée par un moment de recueillement ». « Chaque jour, je lis mon horoscope et j’achète un billet de loterie ». « J’ai mis toute ma vie dans ce projet. Il est tout ce que je suis, tout ce que j’ai ». « Ma tv, ma bière, mes films pornos, etc … Je ne veux rien savoir d’autre » … Qu’est-ce qui est essentiel dans ma vie ? De quoi serais-je incapable de me passer ? De qui, de quoi est-ce que j’espère le bonheur ? Dans quoi est-ce que je trouve mon bonheur ? Qu’est-ce qui me rend heureux ?

Est-ce que notre puits nous rassasie ? Peut-être puis-je souvent à sec, sans idéal, sans une vraie perspective de croissance, accroché à une routine ennuyante et paralysante ! Nous pouvons hausser les épaules et continuer notre train-train. Mais la Samaritaine avait soif de bien plus qu’une cruche d’eau et devant le dialogue tendre, un bon fond de vouloir rendre service, voilà que la demande de Jésus pour avoir de l’eau, vient chercher chez elle ce fond de se sentir utile et d’aider. Sans détour, elle ouvre son cœur et dit à Jésus sa soif.

Nous avons nous aussi nos cinq maris : horoscope, sécurité dans une fortune personnelle, sa carrière professionnelle, son prestige social, etc … Est-ce que cela te rend vraiment heureux ? Vas-tu cesser de courir après cet inaccessible mirage ou de tourner en rond ? Laissons Jésus venir à notre puits. Laissons-le transformer ce que nous croyons établi pour toujours.

La rencontre de la Samaritaine avec Jésus a tellement changé sa vie qu’elle est devenue interpellante pour les autres du village. Le changement qui s’est opéré en elle est devenu communicatif. Venez voir celui qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Plusieurs ne trouvent pas la vie dans leur monde. N’hésitons pas à témoigner de ce que nous avons découvert. Ainsi serons-nous un peuple qui fait renaître.

 
Texte de Jean-Pierre Camerlain, prêtre

Proposé par l'Abbé Jacques Dorélien,
Prêtre-curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien