Baptême du Seigneur - (Année A)
Semaine du 12 janvier 2020


Le Baptême : Une Communauté réunie

 

Le récit du baptême de Jésus est d’une sobriété extrême, d’une très grande discrétion. Ici, on ne décrit pas un spectacle, mais une expérience spirituelle. Reprenons trois petites phrases pour mieux découvrir comment Jésus fait l’expérience d’une communion de personnes avec le Père et le Saint Esprit.

« Il sortit de l’eau. Voici que les cieux s’ouvrirent … »

Il n’est pas anodin qu’on indique que Jésus est baptisé dans le fleuve du Jourdain dans le point le plus bas de la planète comme venu à la rencontre de l’humanité : il ne peut pas aller plus à fond dans l’humanité. L’ouverture des cieux peut dire qu’une communication s’établit entre le monde céleste et un homme admis à vivre des secrets divins. Le ciel, même pour nous, n’est pas fermé et inaccessible; mais, pour ceux qui croient en Jésus, le ciel est ouvert au-dessus de nos têtes.

« Il vit l’Esprit descendre comme une colombe et venir vers lui. »

Dans bien des textes écrits par les rabbins, on comparaît le mouvement de l’Esprit de Dieu à celui d’une colombe ou comme l’Esprit de Dieu qui planait sur les eaux primitives. Ceci permet de voir une différence entre l’Esprit et Jésus et la douceur de son action divine.

« Une voix disait : « Celui-ci est mon fils bien-aimé, en lui j’ai mis tout mon amour. »

La grande expérience de Jésus c’est de se voir aimé du Père, son baptême sera le moment fort pour se découvrir aimé et pouvoir ainsi affronter les défis de la vie parce qu’il se sait relier par cette force.

Puissions-nous redécouvrir le sens de notre propre baptême en méditant sur celui de Jésus. Notre baptême nous plonge nous aussi au cœur de la Trinité. Jésus, avec qui je suis rendu frère ou sœur, le signe de la colombe qui me dit que l’Esprit est sur moi et la Parole du Père qui m’assure qu’il se plaît en moi.

 
Texte de Maurice Comeau, prêtre

Proposé par l'Abbé Jacques Dorélien,
Prêtre-curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien