Épiphanie du SeigneuR - (Année A)
Semaine du 5 janvier 2020
 

Les Mages de 2020

 

Avez-vous déjà remarqué que l’évangéliste Matthieu est le seul à rapporter la visite des Mages ? D’autant plus surprenant que Matthieu écrit son texte pour les Juifs alors que les Mages sont des savants fortunés qui viennent de pays étrangers et qui ont l’humilité de venir adorer un enfant pauvre en reconnaissant en lui le fils de Dieu alors que les mentors de la foi juive ignorent tout sur cette naissance.

Tout ceci inquiète le roi Hérode qui n’a pas hésité par le passé à faire tuer ses deux fils qui menaçaient sa royauté. Pas surprenant de le voir commander le massacre des Saint-Innocents … et en même temps, surprenant de le sentir aussi menacé après 35 ans de pouvoir absolu. Voilà une preuve que le véritable bonheur ne repose pas sur la domination des autres.

Les autorités religieuses juives espéraient un Messie puissant, Dieu du tonnerre et des éclairs qui libérerait leur peuple de la domination romaine. La naissance d’un petit enfant pauvre, sans tambour ni trompette, dont le seul pouvoir consiste à inspirer ceux qui s’arrêtent à lui n’est pas dans leur mode de pensée.

Que veut nous enseigner Matthieu avec ce récit des Mages ? Que depuis toujours des gens qui n’appartiennent pas au peuple élu et ne partagent pas la foi juive peuvent discerner les signes de Dieu et suivre le chemin qui mène au Christ.

Cet événement peut-il s’actualiser aujourd’hui ? Bien sûr, car notre temps est plein de nouveaux Mages.

En effet, nombreuses sont les personnes, qu’elles soient non baptisées ou qu’elles soient baptisées, qui ont perdu leur appartenance concrète à l’Église, qui cherchent un sens à leur vie et la source du vrai bonheur. Sans pouvoir identifier Jésus, ces personnes ne cherchent-elles pas souvent ce que le Christ peut  offrir? Elles cherchent un éclairage sur leur existence : au fond, elles souhaitent connaître une Épiphanie où Jésus, lumière du monde, se révélera à elles.

Notre époque est un temps d’évangélisation : comment annonçons-nous que Jésus est notre source d’inspiration, notre sauveur personnel, notre route vers le bonheur ? Les Mages se sont mis en route parce qu’ils cherchaient Dieu, mais c’est Dieu qui les cherchait avant même qu’ils se mettent en route. C’est ainsi que plus ils avancent sur les chemins, plus leurs cœurs s’allègent et leur générosité devient spontanée. Ils deviennent une présence qui fait du bien, car ils sont comblés d’une grande joie.

Les mages d’aujourd’hui comme ceux de jadis doivent faire preuve de discernement même avec juste un petit brin d’espoir. Il nous faut parfois accepter aussi de changer de chemin. Les mages que nous sommes sont invités également à devenir une étoile pour les autres, en les sauvant de la solitude, du désespoir, de l’absurdité du superficiel … Être une étoile par notre bonté, note bonne humeur et notre joie de vivre. Faisons en sorte que ceux qui nous connaissent et ne connaissent pas Dieu en viennent à connaître Dieu parce qu’ils nous connaissent.

 
Texte de Gilles Baril, prêtre

Proposé par l'Abbé Jacques Dorélien,
Prêtre-curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien