Sixième Dimanche de Pâques - (Année A)
Semaine du 21 mai 2017

Quand la vie se donne… la paix fleurit
« Je ne vous laisserai orphelins. »
(Jean 14, 15-21)
 

« Je ne vous laisserai pas seul, comme des orphelins. Je reviendrai auprès de vous. Je demanderai au Père de vous donner quelqu’un d’autre pour vous venir en aide, afin qu’Il soit toujours avec vous. C’est l’Esprit de Vérité.»

 « Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle a porté? À supposer qu’elle l’oublie, moi je ne t’oublie pas. »

Dieu est Père, Dieu est mère, Dieu est en même temps l'un et l'autre, il ne peut en être autrement. (...)

À partir du moment où l'être humain est engendré, il a en lui cette dimension du divin qui nous fait dire qu'il est devenu l'enfant de Dieu. La vie de Dieu coule en lui.

À sa naissance, il ne le sait pas, mais ses parents qui le portent au baptême le réalisent et le jour du baptême ils le disent à la communauté. Voyez, nous avons donné une part de notre vie à cet enfant. Il a reçu sa chair à partir de la nôtre. Nous prenons conscience aujourd'hui qu'il a aussi reçu une participation à la vie même de Dieu. (...)

La vie de Dieu c'est la vie éternelle. À partir du moment où l'enfant est conçu dans le ventre de sa maman, il reçoit en héritage la vie éternelle. Il est appelé à vivre toujours d'une vie au-delà de toutes ses espérances.

La vie de Dieu, une vie dans l'aujourd'hui, qui est une étape, une anticipation, une progression vers la vie de toujours. Vie de joie, de paix, d'éternité. Jésus le premier est ressuscité et il l'affirme lui-même, nous sommes appelés à le suivre dans sa passion mais n'oubliez jamais aussi dans sa résurrection.

Une mère donne la vie en espérant qu'elle soit la meilleure possible. Dieu donne sa vie en promettant qu'elle sera participation à la sienne.

À mes parents je dis: Merci pour la vie que vous m'avez donnée, merci pour la Vie de Dieu en moi.

 


Texte de Jean Jacques Mireault, prêtre

Proposé par l'Abbé Jacques Dorélien,
Prêtre-curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien