Quatrième dimanche du Temps ordinaire - (Année A)
Semaine du 29 janvier 2017

Le discours inaugural

 

Jésus a pris le relais de Jean le Baptiste après l’arrestation de celui-ci. Venant de la Galilée mal considérée par les bien-pensants de Jérusalem, il attire à lui les gens simples comme Pierre et André dont il fera ses premiers apôtres, les pauvres, originaires de partout, même de la lointaine Syrie, les malades de toutes catégories y compris les possédés.

À la vue de ces gens, à la manière de Moïse premier législateur auquel Matthieu aime comparer Jésus, il gravit la montagne et prononce ce qu’on pourrait appeler comme dans nos parlements, son DISCOURS INAUGURAL (la suite sera proclamée les prochaines dimanches).

Que contient celui-ci qui est un peu comme le programme de Jésus? Essentiellement, une BONNE NOUVELLE (ce que veut dire le mot évangile) à savoir que les gens qui viennent vers lui sont HEUREUX.

Heureux non parce qu’ils sont pauvres ou persécutés mais parce que grâce à Jésus, leur arrive le SALUT.

Et Jésus, à la différence des législatures humaines, réalise pleinement son programme.

Puis Jésus indiquera ce que signifie réellement la marche à sa suite, ce que veut dire le mot «disciples» mentionné au début du discours: l’observance du grand commandement qui vient mener à son aboutissement la Loi de Moïse

À nous de le vivre au XXIe siècle afin d’être HEUREUX dans le Royaume inauguré par Jésus.

 


Texte de Jean-Pierre Camerlain prêtre

Proposé par l'Abbé Jacques Dorélien,
Prêtre-curé des paroisses Marie-Reine-des-Cœurs et Saint-Fabien